Le (mauvais) exemple américain

Publié le par gazdeschiste-collectif-marseille

L'exploitation à commencé depuis 10 ans aux Etats-Unis et produit aujourd'hui  240 mille millions de millards de m3 de gaz.

 

Cette prolifération de puits a pû exister grâce aux conditions locales :

- 1 Le sous-sol, contrairement au droit français, appartient aux propriétaires des terrains. Les exploitants ont ainsi pu proposer des offres financières attrayantes auquelles peu ont su résister

- 2 Un lobbying  efficace, à l'americaine, a réussi à faire sortir l'exploitation du gaz de schiste du champs d'application de la loi cadre sur la qualité de l'eau.

- 3 Les études sanitaires ont été muselées ou étouffées par les lobbies

- 4 Les victimes de maladies liées à l'exploitation se heurtent à un mur pour faire reconnaître  la réalité des contaminations. Ceux qui réussissent à aller au bout des procédures sont indemnisées au cas par cas par les compagnies, en échange d'un engagement de confidentialité leur interdisant de communiquer sur leurs pathologies.

 

Cependant, aux Etats-Unis comme au Canada, le scandale éclate peu à peu au grand jour et les premières interdictions d'exploitation sont votées, comme dans l'état de New-York, qui a décidé un moratoire pour préserver ses nappes phréatiques.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article