Lettre aux sénateurs des Bouches du Rhône

Publié le par Collectif Marseillais

crbst_Mail.gif

Il faut faire vite, écrivons leur !
 
Mercredi 8 juin, au Sénat, se tiendra la Conférence des Présidents qui décidera de la date de réinscription du texte n° 557 en séance publique. On sait tous que 3 amendements ont été rejetés ; ceux visant à interdire la fracturation, même pour l'expérimentation ainsi que l'abrogation des permis. Il reste donc un espoir de faire basculer les Sénateurs en notre faveur.


Il faut qu'ils croulent sous nos mails. 

C'est sur un plan juridique la discussion ultime.



Destinataires

s.andreoni@senat.fr, jc.gaudin@u-m-p.org, bureau.jc.gaudin@senat.fr, jn.guerini@senat.fr, s.ghali@senat.fr, b.gilles@senat.fr, s.joissains@senat.fr, i.pasquet@senat.fr, r.povinelli@senat.fr, am.escoffier@senat.fr


En copie cachée (CCI) : gazdeschistemarseille@gmail.com


À tous les sympathisants hors département 13, vous trouverez les mails de vos députés à cette adresse : http://www.senat.fr/senateurs/sencir.html



Texte à copier-coller (ET SIGNER)
 
Mesdames, Messieurs les Sénateurs,

La proposition de loi de Christian Jacob, visant à « interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique » et à « abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique » et adoptée le 11 mai 2011 en "procédure accélérée" s’est trouvée amendée le 25 mai 2011 sur la proposition de la Commission de l’économie, du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat.

Le Sénat, en permettant le recours à la fracturation hydraulique pour l'expérimentation, autorise ainsi une technique pourtant interdite, dans le seul but de permettre aux titulaires de permis de recherche de commencer leurs explorations.
Par ailleurs, (article 1er bis nouveau) les risques environnementaux sont connus - et même sous estimés - si l'on en croit la multiplication des accidents et les pollutions constatés.
L'article 2, quant à lui, permet aux titulaires de permis de recherche de détourner la terminologie de "fracturation hydraulique" en trouvant une nouvelle dénomination pour une technique jusque là connue pour être la seule possible,  puisque brevetée.

La séance en lecture publique du texte n° 557  qui s'est déroulée de façon tout à fait anarchique et devant un hémicycle où la plupart des Sénateurs étaient absents à telle enseigne que cela a nécessité le recours au scrutin public pour parvenir... au rejet des trois amendements qui allaient dans le sens de nos revendications.

Par votre soutien aux amendements visant l'interdiction de la fracturation hydraulique même "dans le cadre de projets réalisés à des fins scientifiques" et l'abrogation des permis de recherches, vous permettriez :

- d'éviter que des permis octroyés dans l'opacité du Code Minier (depuis le 2.7.2007 - et qui plus est par le Ministre de l'Ecologie - et même bien avant)  ne permettent aux sociétés pétrolières d'exercer leur mainmise sur notre sous-sol ;

- d'empêcher que dans nos beaux paysages de France ne surgissent des plate- formes de forage de compagnies pétrolières ;

- d'empêcher l'asséchement de nos nappes phréatiques déjà insuffisantes pour la survie de la végétation, des cultures et de la consommation humaine (80% du territoire est en état de sécheresse)  et leur pollution irréversible ;

- d'éviter la pollution de notre sous-sol avec des substances chimiques et ce, pour des générations ; 
alors que l'arrêt du nucléaire et le recours aux énergies renouvelables vient d'être actés par l'Allemagne.

- de prendre en compte l'urgence climatique : qui dit gaz de schiste, dit méthane, gaz dont l'effet de serre est 25 fois plus puissant que le CO² sur une période d'un siècle, comme des études scientifiques l'ont déjà démontré.

En conséquence, je vous demande d’amender le texte n° 557 de la Commission de l’économie, du développement durable et de l’aménagement du territoire et d’apporter votre soutien aux amendements exigeant l’abrogation des permis accordés et en cours d’instruction, l’interdiction de la fracturation hydraulique à des fins scientifiques et expérimentales.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs les Sénateurs, à l'expression de mes sentiments distingués.



Source :

Publié dans AGISSEZ !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article